Agence des services frontaliers du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Importation par la poste

Droits, taxes et coûts de manutention imposés sur les articles qui vous sont postés

Importations exemptes de droits et de taxes

L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) peut examiner presque tous les envois postaux qui arrivent au Canada.

Vous devrez peut-être payer des droits de douane et la taxe sur les produits et services (TPS) ou la taxe de vente harmonisée (TVH) et la taxe de vente provinciale (TVP) sur les envois postaux que vous recevez. Les droits et les taxes exigibles, le cas échéant, seront indiqués sur le formulaire E14, Formulaire de l’ASFC des importations postales, qui sera joint à votre envoi postal au moment de la livraison.

Le montant des droits ou des taxes exigibles sur un article, le cas échéant, dépend de ce qui suit :

La valeur de l’article en dollars canadiens

En vertu du Décret de remise visant les importations par la poste, si quelqu'un vous envoie un article évalué à 20 $CAN ou moins, vous n'avez pas à payer de droits ni de taxes sur cet article. Par contre, lorsque la valeur de l'article est supérieure à 20 $CAN, vous devez payer les droits, la TPS ou la TVH exigibles, ainsi que la TVP sur la valeur totale de l'article.

Certains articles ne sont pas admissibles à l'exemption de 20 $CAN :

  • tabac
  • livres
  • périodiques
  • magazines
  • boissons alcoolisées
  • marchandises commandées par l'entremise d'une case postale ou d'un intermédiaire canadien

Coûts de manutention

Afin de traiter les marchandises importées par courrier qui sont assujetties à des droits et à des taxes, Postes Canada facture 9,95 $ au récipiendaire. Si les articles sont exempts de droits et de taxes, aucun montant n’est facturé.

Tous les montants doivent être payés au moment de la livraison (en argent comptant, par chèque certifié, par carte de crédit VISA ou MasterCard ou au moyen de votre compte commercial de Postes Canada).

Accords et contestations

Si vous contestez le montant établi au titre des droits et des taxes, deux possibilités s'offrent à vous.